L'ISLE-sur-SEREIN
HISTOIRE
A une époque lointaine, l'Isle s'appelait "Insula in Mandubis". Le village se trouvait alors en Mandubie.
Il est attesté en 877 sous le nom d'"Ilianencensis Vicaria".
Puis ce fut l'Isle sous Montréal.
Au XIIIème siècle, l'Isle est un château bâti sur la rive droite du Serein, entouré d'un bief qui forme une île.
La paroisse relevait de l'évêché de Langres et fut un vicariat dépendant de Talcy jusqu'en 1789.
Cette seigneurie qui dépendait de Montréal a appartenu aux sires de ce nom, les Anséric jusqu'en 1216.
Puis elle fit partie de la Champagne jusqu'à l'arrivée de la famille de Chalon qui a occupé la terre de l'Isle durant deux siècles.
L'un de ses membres, Jean IV de Chalon (décédé en 1418), fut prince d'Orange. Ce même titre fut, en 1706, donné à Louis de Mailly, seigneur de l'Isle. La petite-fille de ce dernier, Charlotte de Nassau, quitta le vieux château pour occuper un nouvel édifice érigé, vers 1760, par le Marquis de la Hage, intendant de la Princesse.
Comme nombre de ses prédécesseurs, l'intéressée a voulu s'accaparer la forêt d'Hervaux dont les droits de pacage et forestage avaient été accordés à plusieurs communes par le testament de Waré à l'époque de Charlemagne et confirmés par Jean II de Chalon, évêque de Bâle.

Le dernier seigneur de l'Isle fut Berthier de Sauvigny, massacré le 22 juillet 1789 sous l'accusation d'accaparement de biens. Ce fut une des premières victimes de la Révolution Française. L'Isle devint définitivement  L'Isle-sur-Serein.
Au XIXème et au XXème siècle, L'Isle-sur-Serein fut un centre ferroviaire d'importance locale. De la gare d'Angely partait la liaison (voie étroite)  L'Isle-sur-Serein-Laroche, surnommée le Tacot, avec une halte aux Antes.
Route de Guillon était la gare se trouvant sur la ligne Avallon - Nuits-sous-Ravières qui était en voie normale. Ces deux lignes ont progressivement fermé entre 1933 et 1952.